Exposition Berenice Abbott au Jeu de Paume

Après le succès de l’exposition Diane Arbus qui a fermé ses portes il y a quelques jours, Le jeu de Paume se prépare à accueillir, à compter du 21 février, une nouvelle exposition consacrée à une autre grande dame de la photographie, Berenice AbbottExposition Berenice Abbott au jeu de Paume

Le Jeu de Paume accueillera du 21 février au 29 avril 2012, une rétrospective du travail de Berenice Abbott, dans la continuité de la série d’expositions consacrées aux femmes photographes, commencée il y a maintenant quelques années.

Portrait de Berenice Abbott par Man RayMan Ray, Portrait de Berenice Abbott, 1925
© Man Ray Trust / ADAGP, Paris, 2011

Née dans l’Ohio le 17 juillet 1898, Berenice Abbott se lance tout d’abord dans des études de journalisme, sans grande conviction, puis dans la pratique de la sculpture à son arrivée à New York, en 1918. En 1921, elle se tourne vers l’Europe pour approfondir la sculpture et part étudier à Paris puis Berlin, mais sans grande réussite. Elle revient alors sur Paris et devient l’assistante de Man Ray qui l’initiera aux techniques du tirage et surtout à la photographie de portrait.

Portrait de Berenice Abbott par Man RayBerenice Abbott, Portrait de James Joyce avec un bandeau, 1926
© Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

Quelques années plus tard elle ouvre ainsi son propre studio en 1926, avec l’aide de Peggy Guggenheim. Studio qui rencontre rapidement un franc succès auprès des milieux artistiques et intellectuels parisien. A la même époque elle découvre le travail d’Eugène Atget, pour qui elle se passionne et voue une véritable admiration. A la mort du photographe elle achète une part importante de son œuvre, et ne cessera par la suite de promouvoir son travail et de le faire connaitre outre atlantique.

Portrait de Berenice Abbott par Man RayBerenice Abbott, Pont de Triborough, 125e Rue est, New York, 29 juin 1937
© Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

De retour à New York en 1929, l’ouverture d’un studio de portrait reste un échec. Malgré des participations à des expositions collectives, le succès n’est pas au rendez vous. New York change, les repères aussi, elle entreprend alors de travailler sur cette ville en plein mutation. Suite à des problèmes financiers, elle cède une partie de ses droits sur le fond d’archives d’Atget à un galeriste new yorkais.

Portrait de Berenice Abbott par Man RayBerenice Abbott, Bourse de New York, New York, 1933
© Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

En parallèle, elle sollicite des financements mais toujours sans succès, conséquence de la crise économique qui frappe le pays. Elle continue son travail sur l’architecture américaine et entreprend d’étendre son champ d’action en suivant l’architecte américain Henry Russell Hitchcock. 1935, elle s’ouvre aussi au monde de l’enseignement et enseignera la photographie à la New School of Social Reseach. C’est aussi l’année d’une certaine reconnaissance grâce son travail Changing New York.

Portrait de Berenice Abbott par Man RayBerenice Abbott, Balle de golf rebondissant, 1958-1961
© Berenice Abbott / Commerce Graphics Ltd, Inc.

Mais dans un contexte n’étant pas fait pour lui plaire avec son fort esprit d’indépendance, confronté à un milieu en plein vague de pictorialisme et de concurrence, elle jette l’éponge et s’intéresse à compter des années 40, à la photographie scientifique. Elle deviendra directrice artistique du périodique Science Illustrated et se consacrera jusqu’à la fin de sa vie à une photographie plus « expérimentale » tout en collaborant avec le MIT. Berenice Abbott est un personnage incontournable de la photographie américaine, qui n’aura finalement connu qu’un succès mitigé de son vivant. Comme c’est souvent le cas, la reconnaissance de son travail arrivera vers la fin de sa vie et surtout après sa mort en 1991. Berenice Abbott
du 21 février au 29 avril 2012 
Jeu de Paume – site de Concorde 
1, place de la Concorde
75008 Paris

Horaires :
Mardi (nocturne) : 12h à 21h 
Mercredi à vendredi : 12h à 19h 
Samedi et dimanche : 10h à 19h 
Fermeture le lundi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai

Métro : Concorde (lignes 1, 8, 12)
Bus: 24, 42, 72, 73, 84, 94

Renseignements : 01 47 03 12 50

Plein tarif : 8,50 €
Tarif réduit : 5,50 €
Tarif gratuit : enfant de moins de 10 ans, chômeur et RMI (justificatif de moins de trois mois)

Fermeture des salles 5 minutes avant la fermeture du bâtiment

Pour toutes informations complémentaires, c’est ici >> jeudepaume.org

7 années ago