Portraits décallés

Le portrait en photographie n’est pas suffisamment reconnu, au même titre que le reportage, la photographie humaniste, la pub…. Je crois avoir déjà parler de la sorte, car cela fait parti des discours récurent que nous avons avec Jean François Bauret. Une des raisons est qu’il n’y a plus de grand portraitiste et que ce type de photographie n’attire pas les jeunes, alors quand je tombe sur un article au sujet d’un portraitiste pas comme les autres sur le site Ecran du journal Libération, je ne vais pas me priver pour vous en faire part.

Krijn van Noordwijk, artiste hollandais se concentre aujourd’hui sur la photographie et tout spécialement sur le portrait, le traitement est des plus classique et d’un point de vue de la lumière il n’a rien d’extraordinaire. L’intérêt de ses photographies réside dans les expressions, les situations, les ambiances et les personnages en eux même, ce qui à mon sens sont la base de la photographie de portrait.

La force du portrait réside en la personne photographiée et sa manière de communiquer avec son corps, le photographe étant la pour le mise en scène, la technique, en tant que guide, mais seul le sujet a finalement le vrai pouvoir de communiquer quelque chose et c’est lui qui fait ainsi un bon ou un mauvais portrait. C’est en cela que le portrait est un art difficile et qu’il y a peu de portraitiste de renom, n’en déplaise à certain.

Dans le travail de Noordwijk, vous pouvez découvrir les différents styles du portrait, mise en scène, pastiche, publicité, communication, provoque, photo d’identité et pour finir, vous trouverez aussi de simple description de personne, de caractère, de mentalité, en deux mots de vrais portraits.

C’est ici, et c’est à vous pour découvrir son travail personnel >> krijnvannoordwijk.com, son travail professionnel >> laboratorivm.com

11 années ago

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.