Nouvelle édition Art Paris Art Fair au Grand Palais, 1ère partie

Art Paris a ouvert ses portes hier et tient le siège jusqu’à dimanche 1 avril 2012. Comme c’est maintenant la coutume pour les grandes foires d’art contemporain, les 120 exposants provenant de 16 pays, prennent le soleil sous la magnifique verrière du Grand Palais.

ARTPARIS-2012-01.jpgArt Paris Art Fair 2012 au Grand Palais © o2c pour blogarts


Au programme, peinture, sculpture, vidéo, installation en tout genre et photographie, une bonne manière de prendre le pouls de l’art contemporain. Avec pour cette nouvelle édition, une nouvelle équipe côté organisation et qui dit nouvelle équipe, dit nouveautés. En dehors d’un thème conducteur sur l’Europe, Art Paris Art Fair inaugure un espace dit Grand Format, avec 5 oeuvres monumentales inédites. Un autre, Séries Limitées, est quand à lui dédié au design créatif, qui a récompensé cette année « The Power of Love » de Mathieu Lehanneur, par le Prix Prototype Série limitée. Pour finir, quelques conférences à l’auditorium autour du monde de l’art… Pour revenir aux oeuvres, la photographie prend de plus en plus de place dans les galeries. En dehors des pures player de la photo, le constat est simple, près des deux tiers des galeries exposent au moins une photo. Cette tendance est assez marquante depuis quelques années, surtout chez Art Paris, qui a toujours eu une part importante d’exposants spécialisés dans la photographie, par rapport aux autres foires généralistes, qui comblent petit à petit leur retard en la matière. La photographie d’art a donc le vent en poupe et devient une sorte de valeur refuge. Plus abordable que la peinture, elle est moins contraignante côté assurance et facile à stocker ou à afficher. Mais elle est surtout plus facile d’accès et séduit donc un public d’amateurs comme de collectionneurs aguerries. Question tendance on sent une sorte de revirement dans les images exposées. Alors que les dernières éditions de Paris Photo et la Fiac se sont plus portées sur des valeurs sures comme du vintage, des grands photographes. Là, on plonge dans le contemporain, du conceptuel, de nouvelles têtes et de nouveaux styles qui émergent avec des prix plus élevés, pour une qualité finalement assez moyenne. Mais revenons aux oeuvres présentées, et là, on reste globalement sur un peu d’amertume, car on est loin de la qualité de Paris Photo ou de la Fiac. Certes il y’a du renouveau, mais plus dans les photographes que dans le travail exposé. On est soit dans un certain classicisme, le portrait par exemple, c’est bien fait, soigné, en grand format, mais globalement rien que de la redite finalement. Il y a heureusement quelques ovnis qui apportent un peu d’air frais, Rankin à la A. galerie, expose deux photos intéressantes ou il revisite avec son comparse Hirst, les mythes et légendes avec une réalisation travaillée tout en restant simple, mais efficace, Medusa et Centaure.

ARTPARIS-2012-03.jpg

Erwin Olaf qui surfe sur la mouvance de belles désespérées avec un sans faute côté réalisation et des photos magnifiques en mode grand format. ARTPARIS-2012-02.jpg Stéphanie Schneider apporte un peu de fraicheur avec des couleurs effet lomo et un cadre entre mode et beauté. ARTPARIS-2012-04.jpg Aurore Valade étonne, par un travail réalisé à Turin qui met en scène des personnages dans leur environnement, le haut du corps dénudé, posant sur un fond blanc. Etonne car la zone de netteté de l’image est net du premier au dernier plan, un travail surement réalisé à la chambre, intéressant mais finalement entre clinique et bordélique. ARTPARIS-2012-06.jpg Galerie Inception, un très beau travail de Miguel Angel Sanchez, avec des portraits saisissant et un traitement des couleurs qui n’est pas sans rappeler un maitre du genre, à voir absolument ! ARTPARIS-2012-05.jpg Denis Rouvre avec des portraits de Sumos ou de boxeurs, une belle lumière et de belles gueules, le tout sur fond noir. ARTPARIS-2012-07.jpg Halim Al Karim travaille le portrait et le flou artistique, flou généré soit à la prise de vue, soit par divers procédés comme tremper le tirage dans un bain de cire ou le re-photographier après avoir disposé un tule de couleur blanc ou noir. On est plus dans l’abstrait, mais cela fonctionne, à reserver aux collectionneurs fortunés par contre et avec de l’espace car les formats sont en 180×180 cm ARTPARIS-2012-08.jpg Voila pour la première partie de ce retour sur Art Paris 2012, la suite dans une second billet à venir très vite…

6 années ago